Il était là, grand, dans un pantalon large à pince et une chemise blanche. Il s’est penché vers moi dans l’encadrement d’une porte vitrée et m’a assuré malgré la présence d’autres personnes autour, que ça n’était pas une blague. Il a dit : ça n’est pas une blague. Marions-nous.

Il était grand et anguleux. Trop maigre dans ce costume large dont je l’avais affublé. Je pouvais presque sentir son odeur quand il s’est penché sur moi pour me dire qu’il ne s’agissait pas, en réalité, d’une blague. Ces cheveux ne bougeaient pas dans son mouvement avant. Ils étaient fixés en arrière comme si ils avaient été gominés. Ils ne l’ont jamais été.

Copyright © 2020 Manon Alberger. All Rights Reserved. Créé avec ♥ E5J.